Comment se faire obéir sans crier?

Comportement
faire obéir sans crier

« Comment se faire obéir sans crier? » C’est l’une des questions les plus fréquemment posées par les parents. Alors comment discipliner un enfant qui n’écoute pas?

Je ne suis pas autoritaire. Alors, comment puis-je éduquer mon enfant pour qu’il m’écoute sans crier, harceler ou punir?

Découvrez dans cet article la methode étape par étape pour se faire obéir sans crier.

Le respect: ce n’est pas seulement pour les adultes

Respecter son enfant en tant qu’individu, car c’est quelqu’un avec ses propres préférences et droits. Un enfant n’est pas fait pour se plier à la volonté de ses parents sans raison.

Il y a des moments où un enfant doit suivre les conseils de ses parents. Mais il devrait savoir pourquoi, il faut lui expliquer clairement le « pourquoi ».

Lorsqu’un enfant se sent respecté et est autorisé à contrôler sa propre vie, il écoute librement lorsque vous avez quelque chose d’important à dire.

Notre enfant nous respecte parce que nous lui avons d’abord montré du respect.

Nous leur donnons des raisons, pas des commandes, quand nous avons besoin d’eux pour faire quelque chose.

Comment se faire obéir sans crier, étape par étape

Pour amener vos enfants à écouter et à se comporter correctement quand cela compte, suivez ces cinq étapes pour les enfants de 3 ans et plus. Pour les tout-petits, concentrez-vous sur les aider à apprendre à s’autorégulation.

Remarque : L’étape 1 est cruciale. Assurez-vous que vous êtes d’accord avec elle, sinon le reste du processus ne fonctionnera pas pour vous.

#1 Accepter que nous ne pouvons pas… et ne devrions pas… contrôler qui que ce soit d’autre que nous-mêmes

Les enfants ne sont pas des robots; les enfants ne sont pas des animaux de compagnie; les enfants ne sont pas notre propriété. Nous ne devrions pas essayer de contrôler un autre être humain. Se faire obéir sans crier est une chose normal pour les professeurs et les amis vos enfant, alors pourquoi pas vous?

Et avouons-le: la réalité est que nous NE POUVONS PAS.

Nous semblons avoir le contrôle lorsque nos enfants sont plus petits et dépendent entièrement de nous pour leur survie. Mais un jour, nous n’aurons plus cet avantage. Quand ce jour viendra, que pensez-vous que votre enfant fera si vous êtes très contrôlant maintenant?

Il y a beaucoup d’enfants adultes qui ne parlent plus à leur parents après avoir déménagé. D’autres fois, même si les enfants restent en contact, les relations ne sont pas aussi étroites que les parents l’espéraient.

Mais en plus de vous inquiéter pour l’avenir, pensez au présent: pensez aux luttes de pouvoir constantes. Pensez à tous les conflits que vous avez avec votre enfant lorsque vous essayez de les contrôler. Était-ce l’image que vous aviez en tête lorsque vous avez décidé d’avoir des enfants?

Vous pensez peut-être qu’il est impossible d’avoir la « famille heureuse » de vos rêves si vous n’avez pas le contrôle total. Mais ce n’est pas vrai. Si vous arrivez à vous faire obéir sans crier votre foyer deviendra vite un havre de paix pour tous ces occupants.

Vous n’avez pas besoin d’un contrôle total pour avoir l’harmonie à la maison. Et, en fait, accepter que vous ne pouvez contrôler personne d’autre que vous-même fera de vous une personne beaucoup plus heureuse.

Si vous craignez que si vous acceptez ce principe, vos enfants fassent ce qu’ils veulent et dirigent la maison, lisez la suite?

Homme, femme et garçon roulent joyeusement sur le même vélo - Comment faire écouter vos enfants - 3 ans n'écoute pas

#2 Soyez raisonnable – N’insistez que s’il y a une bonne raison

« Pourquoi ne puis-je pas faire en sorte que mes enfants m’écoutent? »

Si vous vous posez cette question, réévaluez d’abord ce que vous leur demandez de faire.

En tant qu’adultes, nous avons beaucoup de règles et d’attentes sociales, certaines nécessaires, mais d’autres qui ne sont que nos propres préférences. Demandez-vous si ce que vous voulez que votre enfant fasse est nécessaire. Avez-vous une bonne raison d’insister sur l’obéissance de votre enfant, à part « parce que je l’ai dit » ?

Les bonnes raisons pour lesquelles les enfants doivent vous écouter comprennent :

Bonnes raisonsExemples
Sécurité– Tu ne peux pas piquer les yeux de ta sœur
– Vous ne pouvez pas sauter sur la table à manger
Santé– Il faut se brosser les dents pour éviter les caries
– Il faut manger des légumes pour rester en bonne santé
Ne fais pas de mal– Vous ne pouvez pas frapper d’autres personnes ou animaux
– Vous ne pouvez pas jeter des objets par la fenêtre
Contraintes situationnelles– Nous devons partir maintenant, ou nous allons rater le bus
– Nous ne pouvons pas nous permettre d’acheter ça
– Je ne peux pas jouer avec toi en ce moment parce que j’ai mal au dos

Si une demande n’appartient à aucune de ces catégories, demandez-vous pourquoi elle est si importante. La demande est-elle vraiment nécessaire pour le bien-être de votre enfant?

Est-ce une demande sensée et raisonnable?

Est-ce un « besoin » ou un « vouloir » (ton vouloir)? Si ce n’est pas un besoin réel, trouvez une alternative agréable.

Par exemple:

VouloirAlternative
Vous voulez que votre enfant porte une veste parce qu’il fait froid dehors, mais votre enfant refuse parce qu’il n’en a pas envie.Demandez-lui d’apporter un manteau et de le mettre quand il a froid.
Vous voulez que votre enfant utilise des couverts tous les jours pour montrer ses bonnes manières, mais votre enfant veut manger avec ses mains.Demandez-lui d’utiliser correctement ses couverts lorsqu’il y a des invités, mais lorsqu’il n’y a pas d’invité, il peut manger comme il veut (après s’être lavé les mains).

Les enfants peuvent être immatures et naturellement égocentriques, mais ils écoutent les bonnes raisons et explications.

Si vos enfants semblent ne jamais écouter, il y a de fortes chances qu’ils profitent de chaque occasion pour riposter contre vos tentatives de contrôler tous les aspects de leur vie.

Mais si vous leur donnez suffisamment de liberté pour prendre leurs propres décisions sur des problèmes non critiques, ils écouteront les plus critiques.

#3 Ne punissez pas pendant que les enfants s’entraînent à juger ce qui est bien ou non

Nous voulons tous élever des enfants qui ont un bon jugement et qui peuvent prendre les bonnes décisions lorsque nous ne sommes pas là pour leur dire quoi faire.

Mais comment peuvent-ils le faire sans s’entraîner à prendre des décisions – et à commettre certaines de leurs propres erreurs?

Tout comme tomber fait partie intégrante de l’apprentissage de la marche, prendre de mauvaises décisions fait partie intégrante de l’apprentissage de la prise de bon choix.

Punissez-vous un enfant qui tombe alors qu’il apprend à marcher? Non. Alors ne punissez pas votre enfant pour ne pas avoir fait un bon jugement. Ils ont besoin de pratique et d’expérience pour affiner leurs compétences de jugement.

Lorsqu’ils font des erreurs, guidez-les d’une manière positive et encourageante, tout comme vous les avez soutenus lorsqu’ils sont tombés quand ils étaient tout-petits.

En ajoutant une punition, vous les empêchez d’assimiler la leçon et d’assumer la responsabilité de leur erreur. Au lieu de cela, il sera préoccupé par la colère et le ressentiment ; il transformera sa frustration envers lui-même en frustration envers vous.

Bien sûr, cela ne signifie que vous devriez laisser votre enfant courir sur la route et se faire renverser par une voiture. Vous vous souvenez de la catégorie « Sécurité » ci-dessus?

Mais pour les décisions moins critiques, il n’y a aucun mal à laisser les enfants vivre naturellement les résultats de leurs propres décisions.

Parfois, les parents contrôlent parce qu’ils veulent protéger leurs enfants de l’échec. Mais il est en fait préférable pour les enfants d’échouer plus tôt que plus tard. Quand ils échouent tôt, ils apprennent tôt.

Par exemple, votre enfant ne fait pas ses devoirs sans que vous ne le lui rappeliez, ne le harceliez ou ne lui criiez dessus. Vous pensez que vous devez agir ainsi car, sinon, votre enfant échouera à l’école. Mais les lamentations et les cris constants ne fonctionneront pas pour toujours sur les enfants. Tôt ou tard, les têtus cesseront de répondre à cela et, en fait, échoueront. Voulez-vous que cela se produise en primaire ou au lycée?

Pour un autre exemple, si votre enfant n’est pas sage lorsqu’il est chez un ami, il se peut qu’il ne soit pas invité à revenir. C’est une conséquence naturelle.

Lorsque les enfants échouent tôt, l’échec est généralement plus petit, les conséquences moins graves et la récupération plus facile. Ils sont également plus susceptibles d’apprendre la leçon, car ils ne se sont pas enracinés dans un schéma de résistance en vous combattant pendant des années.

N’ayez pas peur de les laisser échouer dans une prise de décision non critique.

#4 Pour se faire obéir sans crier, laissez-les décider, mais guidez-les à travers les questions

Alors comment discipliner un enfant qui n’écoute pas? Commencer par discipliner un enfant en enseignant, pas en les contrôlant.

Personne n’aime être dirigé.

Donnez-leur la liberté de prendre autant de décisions qu’il est raisonnablement possible.

Lorsque vous n’êtes pas d’accord avec leurs décisions, au lieu de dire qu’ils ont tort, posez-leur des questions. Demandez à votre enfant pourquoi il veut faire les choses de cette façon. Demandez-leur ce qu’ils penseront des résultats prévisibles.

Proposez différents scénarios pour les aider à réfléchir à tous les résultats possibles. Aidez-les à identifier les résultats négatifs possibles et demandez-leur s’ils peuvent modifier leurs décisions pour les éviter.

Vous leur apprendrez à faire preuve d’esprit critique et à prendre de bonnes décisions. Votre enfant bénéficiera toute sa vie de l’apprentissage précoce de ces compétences essentielles.

Une remarque importante: lorsque vous expliquez les résultats possibles, ne les inventez pas et n’exagérez pas. Vous voulez construire une confiance entre vous et lui.

Au fil du temps, votre enfant apprendra à faire confiance à vos prédictions sur les résultats. Ils seront plus susceptibles de vous croire sur parole, au lieu de vouloir tester les choses pour voir par eux-mêmes.

Une femme met les deux mains sur son nez et ferme les yeux - Comment faire écouter les enfants - Les enfants de 4 ans n'écoutent pas - Comment faire en sorte que mon enfant de 6 ans écoute et se comporte

#5 Se faire obéir sans crier consiste aussi à rester calme et reconnaître ses accomplissements

L’utilisation de cette approche parentale n’est pas facile. C’est particulièrement difficile pour ceux d’entre nous qui n’ont pas été élevés de cette façon.

Très souvent, lorsque nos enfants n’obéissent pas à ce que nous leur disons de faire, notre colère monte. Mais lorsque nous sommes en colère, notre cerveau logique s’éteint – et toutes nos bonnes intentions s’envolent par la fenêtre.

Donc, un élément clé pour réussir à exécuter cette méthode est de rester calme. Réfléchissez à ce qui déclenche votre colère et préparez-vous à cela. Comprenez que votre enfant n’est pas fait pour vous vous obéir au doigt et à l’œil.. Ils créeront et vivront leurs propres vies.

Accepter cette réalité, lâcher prise de tout contrôle et résister à la colère demandent énormément de patience, de maîtrise de soi et de détermination.

Ce n’est pas une voie à sens unique. Parfois, vous vous améliorerez, alors que d’autres fois, vous glisserez dans un comportement de contrôle ou de colère.

Donnez-vous une tape dans le dos chaque fois que vous vous rapprochez de votre objectif, même si vous ne pouvez pas tout faire en même temps ou tout le temps.

Car, tout comme les enfants qui apprennent à marcher ou à prendre de bonnes décisions, cela demande de la pratique. Les erreurs font partie de l’apprentissage, alors accordez-vous le même soutien et la même marge d’échec que vous souhaitez accorder à vos enfants.

Laisser un commentaire

  • Responsable: Eli & Elo vers l'infini y más allá.
  • Finalité: répondre à votre commentaire, question ou demande.
  • Légitimation: diligence précontractuelle.
  • Destinataires: Sered (avec des serveurs au sein de la Communauté européenne), Gmail (avec des serveurs aux États-Unis)
  • Durée: pendant la durée de la relation contractuelle, soit 12 mois après le dernier message envoyé.
  • Droits: accès, rectification, annulation, opposition et tout autre spécifié dans la politique de confidentialité.

 

Pour consulter des informations supplémentaires et détaillées sur le site Web, visitez les mentions legales et la politique de confidentialité.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.